Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Généralisation des masques grand public

Publié le

Partager cet article

Repost0

OFFRE : SERVICE CIVIQUE

Publié le

Service civique

Service civique

Où ?
Neuves-Maisons (54 - Meurthe-et-Moselle - Lorraine)
Quoi ?
L'objectif principal de la mission proposée au volontaire est de sensibiliser le grand public en général, y compris le public jeune, à la protection de l'environnement, au développement durable, à la valorisation du cadre de vie et à la défense du consommateur.

Dans le cadre de son Service Civique, le (la) volontaire sera amené(e) à :
- Participer à la préparation, l'organisation et l'animation d'un ensemble d'activités ou projets d'éducation à l'environnement et au développement durable,
- Animer, dans le cadre des activités scolaires des mercredis, des ateliers avec les élèves,
- animation avec des écoles ou collèges.

Autres activités :
- Evénements grand public, formations, rencontres d'acteurs, création d'outils pédagogiques, publications collectives,
- Travailler en lien avec les bénévoles des associations adhérentes ou non, au contact de publics variés : enfants, adultes, professionnels, collectivités...
- Etre force de proposition et participer aux réflexions pour communiquer vers le grand public sur les activités de l'association : via le développement des réseaux sociaux (Facebook, twitter) ou le suivi d'un nouveau site internet, etc.
- Participer à la vie de l'association en général en lien avec les bénévoles : réunions, Conseil d'Administration, Assemblée Générale, etc.

A travers cette mission, le/la volontaire aura ainsi l'opportunité d'être en contact direct avec un public large, de découvrir et de comprendre les métiers et les initiatives bénévoles autour de la protection de l'environnement, du développement durable et de la valorisation du patrimoine et du cadre de vie.
Quand ?
À partir du 1 septembre 2020 (10 mois, 28 h/semaine)
Quel domaine ?
Environnement
Combien de postes disponibles ?
1
Quel organisme ?
Consommation logement et cadre de vie
Le lieu de la mission est accessible aux personnes à mobilité réduite ?
Non
La mission est accessible aux mineurs dès 16 ans ?
Non

Contact

Bernard MICHEL
T : 06 82 91 80 11

Adresse

Centre ARIANE, 240 Rue de Cumène
54230 Neuves-Maisons

Site internet

 

 

 

 

Activités : La CLCV (Consommation, Logement et Cadre de Vie), deuxième association nationale de défense des intérêts des consommateurs et usagers, intervient dans les domaines de la vie quotidienne : consommation, logement, environnement, alimentation, santé, etc.

Publié dans Environnement

Partager cet article

Repost0

Location et crise sanitaire : attention aux abus !

Publié le

Location et crise sanitaire : attention aux abus !
On ne peut pas imposer au locataire le paiement des loyers et des charges par prélèvement automatique.

Certaines agences semblent avoir oublié que l'on ne peut pas imposer au locataire le paiement des loyers et des charges par prélèvement automatique.. Elles ont profité de la crise sanitaire pour pousser leurs locataires à adopter ce moyen de paiement. Comment ? En invoquant la fermeture de leurs bureaux d’accueil du public et l’impossibilité de relever le courrier lorsque le locataire s’acquitte de ses loyers et charges par chèque.

Sur le principe, la démarche est compréhensible dans la mesure où le professionnel ne dispose pas du personnel lui permettant de procéder à l’encaissement des chèques. Que l’agent immobilier demande alors à ce que le loyer soit acquitté par virement ou prélèvement n’est pas problématique, le locataire ayant le choix du mode de paiement.

En revanche, l’abus est clairement constitué lorsque le professionnel exige le prélèvement et refuse tout autre moyen de paiement. Certains vont même jusqu’à menacer le locataire et lui indiquer qu’il sera considéré en impayé de loyer s’il ne s’exécute pas, avec toutes les conséquences qui peuvent en résulter.

Il convient donc de rappeler qu’il est interdit de facturer au locataire des frais de relance ou de lui infliger des pénalités en raison du retard du paiement des loyers. Par ailleurs, en raison de la crise sanitaire, la clause visant à résilier le bail pour impayé ne peut être actionnée lorsqu’il a eu lieu entre le 12 mars et le 23 juin inclus.

 

la facturation au locataire de la désinfection du logement avant son entrée dans les lieux

Un autre type d’abus semble se mettre en place, la facturation au locataire de la désinfection du logement avant son entrée dans les lieux. Pratique illégale, le bailleur devant remettre un logement décent en bon état d’usage, d’entretien et de réparation, ne présentant pas de danger pour la santé et la sécurité de ses occupants. Par ailleurs, le décret n° 87-713 du 26 août 1987 fixant la liste limitative des charges récupérables ne prévoyant pas ce poste de dépense, la désinfection du local ne peut être imputée au locataire lors de son entrée dans les lieux.

 

 

Crédit photo : © OceanProd - Adobestock

Partager cet article

Repost0

RESTEZ CHEZ VOUS !

Publié le

RESTEZ CHEZ VOUS !

La CLCV, organisation de consommateurs, remercie l’ensemble des personnels de santé qui, de par leur abnégation, leur courage et le sens aigu de leur mission, sont au service de l’ensemble de nos concitoyens dans cette période très difficile.

De la même façon, nous remercions l’ensemble des personnes qui, de par leur travail de production ou de distribution, permettent à l’ensemble de la population confinée de disposer des éléments essentiels pour leur vie quotidienne.

Saluons la mission des professions indispensables à l’organisation d’un pays, notamment pompiers, service de sécurité, police et gendarmerie.

Pour aider l’ensemble de ces personnes dans leur mission, sachons respecter strictement les règles de confinement.

Tout manquement, c’est faire prendre des risques inconsidérés à tous ceux qui nous entourent et l’ensemble des personnes qui, au risque de leur propre vie, nous accompagnent dans cette tragédie.

RESTEZ CHEZ VOUS !

Publié dans Environnement

Partager cet article

Repost0

Projet d’APPB du plateau Sainte Barbe Position de l’association CLCV du Bassin de Vie de Neuves-Maisons

Publié le

Plateau sainte barbe

Plateau sainte barbe

 

La CLCV du bassin de vie de Neuves Maisons a pris connaissance du projet d’arrêté préfectoral de protection de biotope du plateau Sainte-Barbe.

 

La CLCV réaffirme sa volonté de voir la mise en place d’un APPB rapidement afin de protéger efficacement tout ce qui est encore possible.

  • Elle accepte la proposition actuelle de délimitation de la zone protégée telle que représentée sur le plan joint à l’arrêté.
  • Néanmoins  elle regrette que cette délimitation ne couvre pas une surface plus grande.
  • Elle demande
    • des garanties pour qu’il n’y ait aucune nouvelle extension ou nouvelle carrière y compris sur les surfaces agricoles actuelles qui sont situées hors de l’arrêté de protection biotope ;
    • une accélération de la protection du plateau  par des fossés anti intrusion pour les véhicules et la sécurisation des zones non protégées (clôtures, grillages …) afin d’éviter toute circulation de véhicule à moteur (Motos, quad,  voitures, …) sauf pour les exceptions prévues dans l’arrêté ;
    • la mise en place rapidement de panneaux indicateurs pour les interdictions prévues par l’arrêté ;
    • La mise  en place d’une police de l’environnement (gendarmerie, police municipale, Maires…) avec caméras de surveillance
    • La limitation voire l’interdiction des intrants et produits chimiques sur les surfaces cultivées en collaboration avec les agriculteurs et la chambre d’agriculture avec couverture de CIPAN entre les cultures ;
    • La mise en place d’un cahier des charges contraignant pour l’utilisation de la salle polyvalente notamment en interdisant tout stationnement de véhicules sur les zones protégées ;
    • A faire partie du comité de suivi, prévu à l’article 9 de l’arrêté en tant que représentante des usagers et habitants des environs du plateau Sainte Barbe

La CLCV s’opposera à toute implantation de centrale photovoltaïque sur l’ensemble du plateau.

La CLCV affirme qu’elle recherchera la responsabilité de la société COGESUD dans le cas d’éboulements de galeries de mine qui pourraient diminuer, supprimer le débit ou altérer la qualité  des captages d’alimentation en eau potable de la commune de Pont Saint Vincent.

Enfin la CLCV confirme sa volonté de participer au comité de pilotage du plan de gestion partagée du plateau  Sainte Barbe mis en place par la communauté de communes Moselle Madon.

                                                                                                                        Le 27 Janvier 2020

                                                                                                        Pour le CA de la CLCV De Neuves Maisons

                                                                                                                        Le président      

 

                                                                                                                        Bernard MICHEL

 

Publié dans Environnement

Partager cet article

Repost0

Avis de la CLCV sur le projet de Carrière Germiny Thuilley-aux-Groseilles Viterne

Publié le

La CLCV du bassin de vie de Neuves-Maisons

  • réaffirme son opposition à la création d'une nouvelle carrière sur les territoires de Germiny Thuilley-aux-Groseilles et Viterne
  • soutient totalement le collectif et de nombreux habitants qui se sont exprimés massivement contre cette nouvelle carrière.
  • partage toutes les observations faites dans l'argumentaire présenté par le collectif des habitants de Germiny, Thuilley –aux-Groseilles et Viterne contre la carrière.
  • conteste les méthodes d’abattage de la roche par avec 90 kg d’explosif dans chaque trou (risque de vibration et fissurations des maisons des villages alentour)
  • conteste la validité de l’étude avec seulement 2 sondages carottés sur la zone d’exploitation.
  • Affirme que la protection des captages doit être une priorité absolue refuse toute implantation y compris dans le périmètre éloigné des captages.
  • Insiste sur les désaccords entre le projet soumis à l’enquête publique et d’une part de l’avis des 2 hydrogéologues qui ne sont pas d’accord entre eux et d’autre part de l’avis du premier commissaire enquêteur et de la MRAE sur la cote plancher de la carrière.
  • Conteste donc les conclusions de l'enquête publique donnant l'autorisation d'ouverture de cette carrière

 

La CLCV refuse de voir 40 ha de forêt détruite pour satisfaire une multinationale alors qu’une demande d’extension de la Carrière COGESUD est en cours sur le plateau Sainte Barbe (12 ha) mais aussi que les réserves foncières pour exploiter des carrières calcaires sont très importantes sur le secteur :

300 ha sur Viterne (Vicat)

Exploitation jusque 2037 de la carrière de Maizières,

Cette vulnérabilité étant démontrée, nous demandons d'appliquer le principe de précaution en interdisant toute exploitation de la carrière sur ce site, le risque de pollution accidentelle des captages d'alimentation de Thuilley-aux-Groseilles et de l’Aar étant réel.

 

                                                                                    Pour le CA CLCV,

Le président

 

                                                                                                            Bernard MICHEL

Publié dans Environnement

Partager cet article

Repost0

Dites NON au démarchage téléphonique ! Signez la pétition

Publié le

Dites NON au démarchage téléphonique ! Signez la pétition

Face au fléau que représente le démarchage téléphonique non désiré pour les consommateurs, nous demandons aux pouvoirs publics d’interdire purement et simplement cette pratique.

 

Avec la recrudescence du démarchage téléphonique l’exaspération des Français est à son comble. Pire, les secteurs qui y ont recours sont aussi ceux qui concentrent le plus de litiges de consommation (travaux de la maison, rénovation énergétique, fournisseurs d’énergie, assurances). Les pouvoirs publics doivent rompre avec la complaisance et interdire les appels non désirés !

Véritable harcèlement commercial, le démarchage téléphonique n’a pas été limité par le dispositif Bloctel, qui près de 4 ans après sa mise en place, s’avère inefficace en raison de dérogations bien trop extensives et de sanctions non réellement dissuasives.

La prospection téléphonique est le seul système de démarchage individualisé où le consentement par défaut du consommateur est admis. Pour les courriels et les SMS, c’est le système de « l’opt-in » qui est retenu (le consommateur doit expressément accepter de recevoir des sollicitations). Cette interdiction des appels non désirés s’étend en Europe où après l’Allemagne, le Royaume-Uni a basculé vers l’opt-in face à l’échec de la liste d’opposition.

Face au fléau que représente le démarchage téléphonique non désiré pour les consommateurs, nous demandons aux pouvoirs publics d’interdire purement et simplement cette pratique. 


Signez la pétition ici

Publié dans Numérique

Partager cet article

Repost0

Dites NON au démarchage téléphonique ! Les associations de consommateurs lancent une pétition

Publié le

 NON au démarchage téléphonique !

NON au démarchage téléphonique !

 

Communiqué de presse 20 janvier 2020

 

Dites NON au démarchage téléphonique !

Les associations de consommateurs lancent une pétition

 

Alors que l’Assemblée nationale va prochainement discuter, en deuxième lecture, d’une proposition de loi sur le démarchage téléphonique, l’ADEIC, l’AFOC, l’ALLDC, la CSF, la CLCV, Familles rurales, l’UFC-Que Choisir et l’UNAF, tirant les conséquences de l’exaspération des consommateurs et des litiges issus des appels commerciaux non désirés, s’unissent et lancent une pétition « démarchage téléphonique : interdisons le fléau ».

 

La recrudescence du démarchage téléphonique, dénoncée par les associations et les autorités (Médiateur National de l’Energie, Autorité de contrôle prudentiel) exige une action ferme des pouvoirs publics pour couper court aux pratiques toxiques. Pourtant, en l’état, le texte souffre cruellement d’ambition et risque même d’aggraver la situation, d’où notre appel à la mobilisation des consommateurs, premières victimes d’un véritable harcèlement commercial.

 

Démarchage téléphonique : une importante source d’agacement et de litiges

Les sondages soulignent que l’exaspération des Français est à son comble en matière de démarchage téléphonique (92% le jugent agaçant mais aussi trop fréquent1). Mais au-delà de l’atteinte à la tranquillité des personnes, l’enjeu est également financier dès lors qu’il existe une liaison dangereuse entre démarchage téléphonique et litiges de consommation. En effet, les secteurs qui recourent le plus au démarchage sont ceux qui concentrent les litiges de consommation avec des montants qui peuvent être très significatifs (travaux de la maison, rénovation énergétique, fourniture d’énergie, assurances). Les rapports du Médiateur de l’énergie et l’Autorité des Marchés Financiers, et le récent avis du Comité Consultatif du Secteur Financier, sur les litiges liés aux appels commerciaux plaident pour un strict encadrement. Par ailleurs, le consommateur n’a pas à être la cible de propositions commerciales qu’il n’a pas lui-même sollicitées.

 

                                                       

1 Sondage opinionway réalisé entre le 13 et le 15 juin 2018 auprès de 1020 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus ; échantillon constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle, de catégorie d’agglomération et de région de résidence.

Proposition de loi en l’état : un remède pire que le mal

Non seulement, en l’état, le texte cautionne la logique du droit d’opposition (opt-out) de Bloctel, dont l’inefficacité est notoirement constatée par les consommateurs, mais en outre, il élargit les possibilités de dérogation à l’interdiction du démarchage téléphonique pour les personnes inscrites sur Bloctel. En effet, toutes les entreprises avec lesquelles le consommateur inscrit à Bloctel a ou a eu une relation contractuelle pourraient le démarcher : « contrat un jour, démarché toujours » !

 

Alors que le Royaume-Uni, après d’autres États européens, a basculé vers un système d’opt-in (le consommateur doit donner son accord exprès avant d’être démarché), la France ne doit pas être le mauvais élève européen de la protection des consommateurs. Face au fléau que constituent les appels commerciaux non désirés, la pétition lancée aujourd’hui par les associations appelle les parlementaires à interdire purement et simplement cette pratique.

 

Pétition sur http://www.clcv.org/nos-prises-de-position/dites-non-au-demarchage-telephonique- signez-la-petition.html

Publié dans Numérique

Partager cet article

Repost0

Démarchage téléphonique en assurance : la CLCV reste vigilante

Publié le

Démarchage téléphonique en assurance : la CLCV reste vigilante

Après plusieurs mois de négociations, le Comité consultatif du secteur financier (CCSF) a adopté un avis destiné à mettre fin aux pratiques abusives lors du démarchage téléphonique en assurance.

Les dérives dans le domaine de l’assurance sont régulièrement constatées aussi bien par les associations de consommateurs que par le régulateur. Le consommateur n’a aucun moyen d’échapper à un démarchage téléphonique toujours plus agressif, la liste anti-prospection Bloctel étant inefficace. Les souscriptions non sollicitées sont régulières puisqu’un « oui » par téléphone suffit à conclure le contrat alors que les consommateurs sont persuadés que tant qu’ils n’ont rien signé, ils ne sont pas engagés. 

Face à cette situation, la CLCV a exprimé à plusieurs reprises le souhait d’interdire purement et simplement le démarchage téléphonique en assurance qui, en plus de ces dérives, est un mode de commercialisation particulièrement inadapté à la vente de ces produits complexes. 

Dans cette attente, nous avons choisi de participer à une concertation au sein du Comité consultatif du secteur financier afin d’obtenir rapidement une réforme de la méthode de commercialisation des produits d’assurance. L’avis adopté ce jour comporte des points positifs : 

• Le contenu de l’appel de démarchage devra être revu avec une information précontractuelle complète et l’engagement du professionnel de respecter la décision du consommateur qui indique ne pas être intéressé en ne le rappelant pas. 

• Le consentement éventuel du consommateur à souscrire un contrat ne doit plus être recueilli par oral. Seule une acceptation écrite et non ambiguë du contrat pourra être prise en compte après communication de l’ensemble de la documentation précontractuelle.

Même si ces dispositions vont dans le bon sens, nous déplorons le vote négatif de l’Association française des sociétés financières. Cette position attentiste, voire réfractaire, laisse craindre que le résultat de cette concertation ne permette pas d’assainir durablement l’ensemble du marché à brève échéance. 

Pour plus de sécurité, la CLCV demande que l’ensemble des engagements pris et apparaissant dans l’avis du CCSF se traduisent le plus rapidement possible par un texte de loi.

Publié dans Numérique

Partager cet article

Repost0

On Mange quoi demain, semaine de l’alimentation durable en Meurthe-et-Moselle

Publié le

Publié dans Alimentation

Partager cet article

Repost0

1 2 > >>