Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Avis de la CLCV sur le projet de Carrière Germiny Thuilley-aux-Groseilles Viterne

Publié le

La CLCV du bassin de vie de Neuves-Maisons

  • réaffirme son opposition à la création d'une nouvelle carrière sur les territoires de Germiny Thuilley-aux-Groseilles et Viterne
  • soutient totalement le collectif et de nombreux habitants qui se sont exprimés massivement contre cette nouvelle carrière.
  • partage toutes les observations faites dans l'argumentaire présenté par le collectif des habitants de Germiny, Thuilley –aux-Groseilles et Viterne contre la carrière.
  • conteste les méthodes d’abattage de la roche par avec 90 kg d’explosif dans chaque trou (risque de vibration et fissurations des maisons des villages alentour)
  • conteste la validité de l’étude avec seulement 2 sondages carottés sur la zone d’exploitation.
  • Affirme que la protection des captages doit être une priorité absolue refuse toute implantation y compris dans le périmètre éloigné des captages.
  • Insiste sur les désaccords entre le projet soumis à l’enquête publique et d’une part de l’avis des 2 hydrogéologues qui ne sont pas d’accord entre eux et d’autre part de l’avis du premier commissaire enquêteur et de la MRAE sur la cote plancher de la carrière.
  • Conteste donc les conclusions de l'enquête publique donnant l'autorisation d'ouverture de cette carrière

 

La CLCV refuse de voir 40 ha de forêt détruite pour satisfaire une multinationale alors qu’une demande d’extension de la Carrière COGESUD est en cours sur le plateau Sainte Barbe (12 ha) mais aussi que les réserves foncières pour exploiter des carrières calcaires sont très importantes sur le secteur :

300 ha sur Viterne (Vicat)

Exploitation jusque 2037 de la carrière de Maizières,

Cette vulnérabilité étant démontrée, nous demandons d'appliquer le principe de précaution en interdisant toute exploitation de la carrière sur ce site, le risque de pollution accidentelle des captages d'alimentation de Thuilley-aux-Groseilles et de l’Aar étant réel.

 

                                                                                    Pour le CA CLCV,

Le président

 

                                                                                                            Bernard MICHEL

Publié dans Environnement

Partager cet article

Repost0

Dites NON au démarchage téléphonique ! Signez la pétition

Publié le

Dites NON au démarchage téléphonique ! Signez la pétition

Face au fléau que représente le démarchage téléphonique non désiré pour les consommateurs, nous demandons aux pouvoirs publics d’interdire purement et simplement cette pratique.

 

Avec la recrudescence du démarchage téléphonique l’exaspération des Français est à son comble. Pire, les secteurs qui y ont recours sont aussi ceux qui concentrent le plus de litiges de consommation (travaux de la maison, rénovation énergétique, fournisseurs d’énergie, assurances). Les pouvoirs publics doivent rompre avec la complaisance et interdire les appels non désirés !

Véritable harcèlement commercial, le démarchage téléphonique n’a pas été limité par le dispositif Bloctel, qui près de 4 ans après sa mise en place, s’avère inefficace en raison de dérogations bien trop extensives et de sanctions non réellement dissuasives.

La prospection téléphonique est le seul système de démarchage individualisé où le consentement par défaut du consommateur est admis. Pour les courriels et les SMS, c’est le système de « l’opt-in » qui est retenu (le consommateur doit expressément accepter de recevoir des sollicitations). Cette interdiction des appels non désirés s’étend en Europe où après l’Allemagne, le Royaume-Uni a basculé vers l’opt-in face à l’échec de la liste d’opposition.

Face au fléau que représente le démarchage téléphonique non désiré pour les consommateurs, nous demandons aux pouvoirs publics d’interdire purement et simplement cette pratique. 


Signez la pétition ici

Publié dans Numérique

Partager cet article

Repost0

Dites NON au démarchage téléphonique ! Les associations de consommateurs lancent une pétition

Publié le

 NON au démarchage téléphonique !

NON au démarchage téléphonique !

 

Communiqué de presse 20 janvier 2020

 

Dites NON au démarchage téléphonique !

Les associations de consommateurs lancent une pétition

 

Alors que l’Assemblée nationale va prochainement discuter, en deuxième lecture, d’une proposition de loi sur le démarchage téléphonique, l’ADEIC, l’AFOC, l’ALLDC, la CSF, la CLCV, Familles rurales, l’UFC-Que Choisir et l’UNAF, tirant les conséquences de l’exaspération des consommateurs et des litiges issus des appels commerciaux non désirés, s’unissent et lancent une pétition « démarchage téléphonique : interdisons le fléau ».

 

La recrudescence du démarchage téléphonique, dénoncée par les associations et les autorités (Médiateur National de l’Energie, Autorité de contrôle prudentiel) exige une action ferme des pouvoirs publics pour couper court aux pratiques toxiques. Pourtant, en l’état, le texte souffre cruellement d’ambition et risque même d’aggraver la situation, d’où notre appel à la mobilisation des consommateurs, premières victimes d’un véritable harcèlement commercial.

 

Démarchage téléphonique : une importante source d’agacement et de litiges

Les sondages soulignent que l’exaspération des Français est à son comble en matière de démarchage téléphonique (92% le jugent agaçant mais aussi trop fréquent1). Mais au-delà de l’atteinte à la tranquillité des personnes, l’enjeu est également financier dès lors qu’il existe une liaison dangereuse entre démarchage téléphonique et litiges de consommation. En effet, les secteurs qui recourent le plus au démarchage sont ceux qui concentrent les litiges de consommation avec des montants qui peuvent être très significatifs (travaux de la maison, rénovation énergétique, fourniture d’énergie, assurances). Les rapports du Médiateur de l’énergie et l’Autorité des Marchés Financiers, et le récent avis du Comité Consultatif du Secteur Financier, sur les litiges liés aux appels commerciaux plaident pour un strict encadrement. Par ailleurs, le consommateur n’a pas à être la cible de propositions commerciales qu’il n’a pas lui-même sollicitées.

 

                                                       

1 Sondage opinionway réalisé entre le 13 et le 15 juin 2018 auprès de 1020 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus ; échantillon constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle, de catégorie d’agglomération et de région de résidence.

Proposition de loi en l’état : un remède pire que le mal

Non seulement, en l’état, le texte cautionne la logique du droit d’opposition (opt-out) de Bloctel, dont l’inefficacité est notoirement constatée par les consommateurs, mais en outre, il élargit les possibilités de dérogation à l’interdiction du démarchage téléphonique pour les personnes inscrites sur Bloctel. En effet, toutes les entreprises avec lesquelles le consommateur inscrit à Bloctel a ou a eu une relation contractuelle pourraient le démarcher : « contrat un jour, démarché toujours » !

 

Alors que le Royaume-Uni, après d’autres États européens, a basculé vers un système d’opt-in (le consommateur doit donner son accord exprès avant d’être démarché), la France ne doit pas être le mauvais élève européen de la protection des consommateurs. Face au fléau que constituent les appels commerciaux non désirés, la pétition lancée aujourd’hui par les associations appelle les parlementaires à interdire purement et simplement cette pratique.

 

Pétition sur http://www.clcv.org/nos-prises-de-position/dites-non-au-demarchage-telephonique- signez-la-petition.html

Publié dans Numérique

Partager cet article

Repost0